Réveillez-vous !

En ces temps qui peuvent nous paraître troubles, où les discours rabâchés sur l’actualité nous inquiètent ou nous endorment, il est un cri qui nous rassure, qui nous galvanise : Réveillez-vous ! Derrière ce cri, il faut entendre : « N’oubliez pas que nous allons mourir, recentrons-nous sur l’essentiel ! » C’est ce que disent les chansons, celles que véhiculent la tradition populaire pour les quêtes de la période de Pâques. Sous couvert d’un aspect religieux très relatif (il concerne le texte dans sa forme, mais selon nous pas dans son propos qui est plus vaste), ces chants étranges, aux mélodies souvent …

Le quadrille de la Montagne Bourbonnaise #1 – début de l’histoire

Le monde de la danse traditionnelle est un monde de mystères, ou plus exactement un monde de questions dont un certain nombre reste sans réponses. Si l’origine de la bourrée est inconnue, on est capable de reconnaître dans quelques unes de ses formes des éléments visiblement empruntés à d’autres danses. Ces autres danses, difficiles à nommer, à distinguer, à identifier sont souvent jetées dans un mot fourre-tout, bien pratique : la contredanse. Sans épiloguer, ni problématiser sur ce terme, il est assez évident que certaines figures bien connues de nos bals traditionnels y font référence (nous pensons aux éléments dit …

Prendre la fantaisie

Même si les circonstances ne le permettent pas cette année et que nous ne sommes pas en mesure de « prendre la fantaisie d’aller chanter le mai » en ce début du joli mois, il nous est malgré tout fort agréable d’évoquer les plaisirs des quêtes de mais, fort répandues dans nos régions jadis. Jadis ? pas tout-à-fait ! Car il est d’irréductibles petits endroits où les quêtes de mais se pratiquent ! Et parmi eux, la Montagne Bourbonnaise. Cette magnifique petite région, avec ses bois, ses paysages très vallonnés, ses hameaux dispersés, ses sources, son ancienne tradition de fabrication de sabots, …

Les brigands à l’auberge #2

Les brigands à l’auberge chanson-type décrite par le catalogueur de chansons de tradition orale Patrice Coirault, et recueillie en quelques versions par écrit à l’est de la Haute-Loire et en Ardèche notamment par Victor Smith, n’a pas fini de nous étonner ! Nous avions en juin dernier consacré à cette chanson un article car nous venions de découvrir la seule version enregistrée que nous connaissions : voir Les brigands à l’auberge . Nous écrivions : « Dans l’état actuel du traitement du fonds de Jean Dumas (enregistrements de 1957 à 1972), le grand récolteur de chansons, ce dernier ne semble l’avoir …

Les bourrées de Madame Peyrard

Pierre Chapuis a enregistré auprès de Mme Peyrard de Raucoules (43) seulement cinq chansons : une complainte et quatre bourrées. À priori, au regard d’autres enquêtes auprès d’autres chanteuses, rien de tout-a-fait exceptionnel, si ce n’est que quatre bourrées chantées d’affilée n’est pas une chose très fréquente. Mais, je suppose que vous l’avez compris, ce n’est pas la quantité qui compte, c’est la qualité. De la même façon, ce n’est pas tant le répertoire qui vaut que la façon de le faire. Sauf qu’à l’écoute de cette courte enquête, on est autant frappé par la qualité du répertoire que par la …

Les brigands à l’auberge

Les brigands à l’auberge est le titre d’une chanson-type établi par Patrice Coirault, chercheur qui a catalogué les chansons de tradition orale. Celle-ci porte le numéro 9508, juste avant la chanson 9509, racontant la vie de Mandrin, célèbre voleur auralpin avant l’heure auquel nous consacrerons bientôt un article. La particularité de cette chanson est sa rareté d’une part, et le fait qu’elle n’est été trouvée qu’en occitan et en catalan de l’autre. Victor Smith en a recueilli quatre versions textuelles entre 1872 et 1874, dont une auprès de la célèbre Nanette Lévesque (1). Félix Arnaudin a publié la seule notation …

Cousinades [#1] – Le trin-trin

Ah ! la famille ! quand on en parle à travers le prisme de la chanson de tradition orale, on sait qu’on est pas loin des ennuis… Si le rossignol des chansons est souvent porteur de mauvaises nouvelles (ah! les amours!), les cousins ont toujours tendance à se comporter comme des coucous, et sont eux aussi (et pas complètement malgré eux) annonciateurs de catastrophes ! Pour preuve, nous souhaitons vous présenter cette chanson qui traite le sujet d’une façon assez claire ! Elle a été chantée il y a deux ans, le 15 janvier 2018, à Jacques Puech par André …

Deux bourrées de Joselou

Joselou Morange, accordéoniste de Courpière, amateur de marches musettes et de valses allemandes, est aussi un joueur de bourrées. En voici deux qui ne laissent pas tout-à-fait indifférent. Il s’agit d’une version de la très connue « bourrée de Royat », de son titre le plus usuel. Si on fait abstraction des hésitations et des notes imprévues et non volontaires, se dessine une mélodie tout-à-fait intéressante à plusieurs niveaux. Le développement mélodique faisant intervenir des doubles croches à des moments bien sentis permet de tenir sans cesse la cadence. L’ornementation semble participer au même but. L’accompagnement, dont on distingue quelques accords semble …

Le Portrait

Il s’agit du titre d’une chanson type, identifiée par le chercheur Patrice Coirault sous la cote suivante : 3008 Le portrait. Cette chanson est assez répandue dans les collectes concernant l’Auvergne et le Velay, on la trouve souvent sous un autre titre correspondant à l’incipit : « Grands dieux que je suis à mon aise d’avoir ma mie auprès de moi », etc… Cette chanson raconte le départ de l’amant-soldat qui part à l’armée ou à la guerre et promet de revenir pour épouser sa belle. Celle-ci lui rétorque qu’il l’oubliera dans les bras des Italiennes (ou d’autres selon les versions), il dément en …

Prends tos solièrs

Voici une bien jolie bourrée, un peu méconnue, dont on a de traces dans nos archives sonores sur le département de la Haute-Loire, uniquement. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas ailleurs, bien évidemment, mais on ne peut pour l’instant qu’attester de sa dimension locale… Nos amis lecteurs de ce billet ont bien sûr le droit de nous faire mentir et d’en signaler d’autres versions ! Pour ce qui nous concerne aujourd’hui, en voici trois, recueillies auprès de deux interprètes. La première est celle jouée au violon par Léon Mazière, enregistré à Terret (vers Blesle) en août 1973 par Jean-François …